Accueil La Commune Création d’une commune nouvelle : une séance pitoyable

Création d’une commune nouvelle : une séance pitoyable

3
470

Une atmosphère surréaliste régnait hier soir à la Mairie de Quemigny-Poisot. Quelques trente cinq manifestants s’étaient introduits dans la petite salle du conseil, qui fait aussi secrétariat, pour exprimer, au nom de beaucoup d’autres,  leur désapprobation à la fantasmagorie qui allait se jouer sous leurs yeux. Au milieu de la pièce, assis à la table de réunion, nos élus ne levaient pas la tête sur ces citoyens outrés qu’ils connaissaient bien pourtant. Ils paraissaient bien petits, ces élus, entourés de tous ces habitants qui occupaient complètement le peu d’espace qui restait. Têtes baissées, ils tournaient machinalement les pages du dossier qui leur avait été remis. Au centre de la table, l’urne dans laquelle chacun allait déposer son vote : pour ou contre la création de la commune nouvelle. Entre eux, quelques sourires de connivence, parfois. Un mot, deux mots échangés, pas plus.

La même scène se déroulait au même moment et selon le même scénario  à la Mairie de Clémencey.

Le Maire fit le tour de cette assemblée d’observateurs indignés et, le sourire figé, serra politiquement quelques mains, fit la bise à des dames. Puis il rejoignit sa place et, d’une voix incertaine, dans un silence chargé de sens, il lu le texte rituel et banal, celui sans doute transmis par les services de la préfecture, et dont nous avons retenu ceci :

  • La commune nouvelle sera effective au  1er janvier 2019.
  • Monsieur  Lionel Paulin est désigné comme Maire transitoire, et ce jusqu’aux prochaines élections en 2020. (comme c’est habile de la part de monsieur Roussel !)
  • Le nom choisi pour la nouvelle entité est Valforêt.

L’assemblée, à la lecture de ce nom, fut prise d’un haut-le-cœur.  Ce  toponyme nouveau, artificiellement créé,  arbitrairement attribué, sans recherche, à la va vite, n’évoque tellement rien.

Puis on procéda rapidement au vote. Il n’y avait manifestement pas lieu de débattre, la résolution fut prise sans un mot, à l’unanimité. Les conseillers n’habitant plus la commune, ou en voie de la quitter bientôt,  n’ont pas daigné s’abstenir et monsieur Roussel n’a pas eu la décence de le leur demander.

La première adjointe nous a lu la charte de création de la commune nouvelle, à l’intérieur de laquelle se trouvait une liste de projets d’investissement qui nous ont paru  pharaoniques pour des communes présentées comme financièrement aux abois. Nous n’avons pas eu le temps de les noter tous:

  • Importants travaux de voirie sur Clémencey  (écoulements, trottoirs, etc..)
  • aménagement de l’entrée du « bourg » identique à Quemigny et Poisot (ils y ont bien droit aussi, il n’y a pas de raison)
  • Rénovation de la salle des fêtes
  • etc…
  • Création d’une plateforme forestière et aménagement des chemins d’accès au domaine forestier. (Ah ! Voilà  une urgence qui va créer du lien social )

… Et ce n’est pas tout. D’autres projets ont titillé notre curiosité.  Par exemple, nous avons appris que le PLU allait être modifié. Et, comme nous n’avons pas encore tout compris, notamment sur l’objectif et sur les bénéficiaires de cet aménagement, nous allons désormais sérieusement nous plonger dans ces dossiers.

Nous en reparlerons, bien à vous messieurs les élus.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par quemignyclemencey
Charger d'autres écrits dans La Commune

2 Commentaires

  1. Privel Philippe

    31 octobre 2018 à 8 h 29 min

    Poutine Medvedev. a domicile ou comment manipuler

    Répondre

  2. LEBLANC Bernadette

    1 novembre 2018 à 17 h 31 min

    Jour de la Toussaint,
    j’ai pensé à AGNETTA (suédoise) et CHRISTOPHER (anglais) qui ont choisi d’habiter Quemigny Poisot durant de nombreuses années.Quel bonheur pour nous tous qui les avons connus ! que de belles rencontres ! que de beaux échanges !Ils avaient tissé tant de liens avec nous tous , que leur racines étaient à Quemigny – Poisot… ils sont morts depuis plusieurs années:ils nous manquent .Leur urnes funéraires reposent dans notre cimetière autour de l’église du village ,non loin de la maison où ils habitaient.
    Sans nul doute ,le changement de NOM de LEUR village ,de NOTRE village,pour eux ,comme pour nous ne pouvait être qu’une mauvaise plaisanterie…Hélas….
    Une pensée , aussi à Robert qui ,entre autre rédigea plusieurs livres très pointus sur la Dialectologie et l’Onomastique (connaissance du patois et les noms des lieux).Pensée aussi à Isabelle,son épouse amoureuse des « Belles Lettres »,si attachés l’un et l’autre à la mémoire des lieux…et…. Hélas!!!Hélas!!!….

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Un cahier de doléances au niveau communal

Dans les temps actuels de revendication d’une démocratie davantage participative, le colle…