Accueil Unité de méthanisation Compte-rendu de la réunion sur la méthanisation

Compte-rendu de la réunion sur la méthanisation

0
148

La salle des fêtes de Quemigny était entièrement remplie pour assister à la réunion d’informations sur la méthanisation, ce jeudi 6 décembre, ce qui représente entre 50 et 60 personnes.

Étaient au bureau : Madame Lemaire, chargée de projet à la Chambre d’Agriculture ; monsieur Lucand qui est président de la Communauté de Commune ; le représentant du SICECO (gérant du réseau électrique) ; monsieur Roussel et monsieur Paulin. Aux premiers rangs, parmi le public, les conseillers municipaux.

 

La réunion nous a été annoncée comme étant organisée par la Chambre d’Agriculture et la Communauté de Communes ; néanmoins elle a été entièrement conduite et animée par Monsieur Roussel. Ce dernier a tout d’abord donné la parole à la représentante de la Chambre d’Agriculture qui nous a fait un exposé technique et théorique sur ce qu’est une unité de méthanisation et son principe de fonctionnement. On peut facilement trouver ces  mêmes informations sur internet, il existe une multitude de sites traitant de ce sujet, néanmoins cet exposé-ci  était clair et bien illustré par une suite de diapositives projetées ; il s’est terminé par quelques autres diapositives sur ce que pourrait être, éventuellement, une unité de méthanisation sur notre commune, sans plus de précisions.

Nous comprenons qu’elle pourrait avoir les débouchés suivants :

  • produire de l’électricité (revente par contrat à l’EDF)
  • produire le la chaleur à distribuer par un réseau vers les maisons d’habitation ou les bâtiments communaux (pas très réaliste chez nous).
  • produire du gaz naturel à distribuer par un réseau vers les mêmes maisons d’habitation (semble être exclu chez nous, ne disposant pas de réseau)
  • produire de l’engrais pour les agriculteurs
  • produire de la chaleur pour d’autres installations agricoles (unité de séchage, par exemple)

Nous comprenons qu’elle pourrait avoir pour ressources locales , dans un rayon de 15 kms, environ 3000 tonnes de matière , dont :

  • les déchets verts des environs  (7%)
  • le fumier des élevages de vaches et de chevaux, porcherie (13%)
  • la paille (51%)
  • Restes de céréales (9%)
  • les cultures intermédiaires à valeur énergétique (20%)

Les infrastructures nécessaires :

  • un accès facile au réseau électrique moyenne tension
  • une infrastructure routière.
  • Un terrain, ce qui nécessite probablement l’acquisition de foncier : environ 1 ha

Le coût:

  • environ 1,3 millions euros, dont environ 300 000 euros de subventions et 1M par emprunt bancaire.

En terme d’emploi :

  • Un équivalent temps plein

Retour sur investissement :

  • non évoqué

 

Mais tout ceci, nous est-il dit, ne sont que des hypothèses, nous ne savons pas exactement, c’est encore à l’étude.

 

Monsieur Roussel a ensuite donné la parole à monsieur Fèvre, propriétaire exploitant de l’unité de méthanisation de Brazey-en-Plaine, qui nous a fait part de sa propre expérience. Il nous dit qu’elle est très positive et ses arguments sont convaincants si on se place du point de vue de l’agriculteur-investisseur d’une part, et dans le contexte agricole industriel de Brazey-en Plaine d’autre part. Nous avions développé cela dans notre article dédié :

Cliquez là : http://quemignyclemencey.unblog.fr/2018/11/15/avant-la-reunion-publique-du-6-decembre-le-collectif-a-visite-linstallation-de-methanisation-de-brazey-en-plaine/

 

Nous en avions d’ailleurs conclu de nombreux avantages. Mais nous avions aussi posé la question de l’opportunité d’un tel projet sur notre commune qui est  un tout autre contexte.  Aujourd’hui, elle reste posée.

 

S’en est suivi la séance des questions réponses , dont  il est difficile de tirer l’essentiel parce que les débats ont fait sentir une certaine tension parmi les habitants:

 

Qui est à l’initiative du projet ? Quel en est le porteur ?

La réponse a été : il n’y a pas encore de projet, on se pose la question, on ne sait pas, nous en sommes au tout début de la réflexion.

Nous comprenons malgré tout que, si la méthanisation est généralement encouragée par la Chambre d’Agriculture, ce projet-là est initié par les Maires de Quemigny-Poisot et Clémencey. Sans cela, il ne pourrait avoir lieu. Ce qui a amené la question :

 

Est-ce un projet communal ?

La réponse est : ça pourrait. En tout cas, c’est un projet territorial (ce qui veut dire : Communauté de Communes  ?).  L’unité  de méthanisation pourrait être sur la commune, mais aussi ailleurs, on ne sait pas, cela dépend de l’étude, on ne sait pas. En tous cas, cela peut amener de l’argent à la commune qui revendrait de l’électricité.

 

Ah ! Alors, une deuxième fois la question : est-ce un projet communal ?

La réponse est : Oui; forcément pour pouvoir tirer  profit  de la vente d’électricité, la commune doit investir. Mais ce n’est pas sûr, on ne sait pas,  ça dépend de l’étude.

On peut  se poser la question sur le réalisme d’un projet d’investissement industriel tel que celui-ci pour deux petites communes, qui viennent de fusionner parce qu’elles n’y arrivaient pas financièrement.

Et plus tard, nous apprenons par une intervention de monsieur Lucand, que la commune n’est pas compétente pour ce type de projet, qu’il relève entièrement de la communauté de commune. Ceci, sauf si le projet est entièrement privé.

Bref, nous ne saurons pas qui est porteur du projet, cet aspect-là est resté extrêmement flou et confus.

 

Où va se situer l’unité de méthanisation ?

On ne sait pas encore, l’étude le dira. ça dépend du réseau routier et de l’accès à l’EDF, on ne sait pas, ça dépend de l’étude.

Puis monsieur Roussel nous annonce qu’une commission participative va être constituée, regroupant des élus mais aussi des citoyens tirés au sort parmi les habitants. Chacun pourra s’inscrire sur la liste s’il veut être tiré au sort. Monsieur Roussel précise que cette commission participative n’est que consultative,  c’est comme ça la démocratie.

Bon ! c’est déjà un progrès, mais nous en reparlerons certainement.

 

Vous avez voté la modification simplifiée du PLU. C’est donc bien que vous connaissez l’endroit et que le projet est décidé ?

Réponse  de monsieur Roussel : Nous n’avons pas modifié le PLU mais la zone agricole, et c’est pour mieux la protéger.

Il faudrait, là, que monsieur Roussel relise le dernier compte-rendu du Conseil qu’il a fait rédiger. Il s’agit bien du PLU, c’est ainsi qu’il l’a formulé. Mais nous y reviendrons probablement.

 

Enfin, Monsieur Christophe Lucand, Président de la Communauté de Communes, conclue la séance en insistant sur le fait que la réussite d’un projet comme celui-ci doit s’appuyer sur un large consensus, sans quoi il serait un  échec social et citoyen. Espérons que monsieur Roussel l’entendra.

A noter également deux interventions qui rappellent judicieusement que notre pays dépend des importations d’énergie et que nous devons nous bouger pour trouver des énergies remplaçantes. C’est tout un débat qui dépasse le périmètre de notre petit territoire.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par quemignyclemencey
Charger d'autres écrits dans Unité de méthanisation

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Débaptiser une commune : la mort d’un village. Un effet qu’ils n’ont pas mesuré

Une dame de Clémencey a fait graver et installer cette plaque funéraire sur le caveau fami…