Accueil Réflexions générales Les commissions participatives

Les commissions participatives

0
147
Monsieur Roussel nous propose des commissions participatives pour l’étude de la méthanisation. Il a dû pour cela s’inspirer de la ville de Kingersheim, exemple que nous avions cité lors  d’un précédent article, et dont le Maire, monsieur Jo Spiegel, était hier soir en deuxième partie dans l’émission « C Politique » sur la 5. 
Jo Spiegel a mis en place à Kingersheim des conseils participatifs pour toutes les grandes décisions de la commune. Ils sont composés à 40 % de volontaires, 20 % de personnes directement concernées et 40 % de citoyens tirés au sort. Les membres de ces conseils reçoivent une formation préalable et les élus sont là plus en tant qu’animateurs que décideurs. En 2016, 40 conseils participatifs avaient en 10 ans réuni 700 participants sur des questions différentes. Chaque conseil réunit un maximum de 50 personnes. Des professionnels du débat public aident à faire émerger la parole de ceux qui n’osent pas la prendre.
Pour lui, il faut faire appel à l’intelligence collective. La démocratie ne peut se résumer à un vote, une fois tous les 6 ans, qui rend un Maire suffisamment intelligent pour décider de tout, tout seul. Mais Monsieur Spiegel est allé jusqu’au bout : ses commissions participatives ne sont pas simplement consultatives. Cela, c’est de la poudre aux yeux. Il faut une véritable co-construction avec les compétences qui existent dans la commune.
Voici une interview très intéressante de ce monsieur :  https://www.youtube.com/watch?v=bDhcH9FTCtY
Et une de ses conférences : https://www.youtube.com/watch?v=GHTqb3eRuAQ
 
Il  semble que le sujet de la méthanisation, qui est un sujet intéressant, et d’autant plus important qu’il se veut (peut-être) un projet communal, doit être l’occasion de mettre en place dans notre village une véritable démocratie participative. Mais pour cela il faudrait que :
  • Monsieur Roussel (et Paulin et le conseil) se comporte en animateur  et non pas en seul décideur, du seul fait qu’il a été élu.
  • Qu’il aille jusqu’au bout de l’idée de commission dont il s’est inspiré.
  • Qu’il cesse de prendre les habitants pour ses ennemis. Nous pouvons être des partenaires extrêmement constructifs.
  • Qu’il joue la complète transparence ; et qu’il cesse de  brouiller systématiquement tous les messages, ce qui nous oblige à un épuisant jeu du chat et la souris pour obtenir les bonnes informations.
  • Qu’il écoute les habitants, qu’il étudie leurs besoins, à eux, et non pas seulement ceux d’agriculteurs qui ne sont d’ailleurs pas habitants de la commune. Qu’il gère la commune comme un lieu de vie et un bien commun, et non pas comme une entreprise industrielle.

Est-ce beaucoup lui demander ?

Ajoutons que l’intervention de ce Maire, hier soir, se situait dans le cadre de la crise que traverse notre pays actuellement : on y parlait, entre autres, de défiance politique. C’est exactement notre cas, nous n’avons pas confiance, et cela explique l’extrême exaspération qui régnait lors de la dernière réunion d’information à la salle des fêtes.
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par quemignyclemencey
Charger d'autres écrits dans Réflexions générales

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Débaptiser une commune : la mort d’un village. Un effet qu’ils n’ont pas mesuré

Une dame de Clémencey a fait graver et installer cette plaque funéraire sur le caveau fami…