Accueil Unité de méthanisation Revue de presse : un article de REPORTERRE sur la méthanisation

Revue de presse : un article de REPORTERRE sur la méthanisation

0
93

Titré :  La méthanisation, l’usine à gaz qui séduit les gros agriculteur – cet article est le premier d’une enquête menée par le journal écologique. Deux autres vont suivre.

Ce qu’il en ressort  en résumé :

La méthanisation suscite surtout l’intérêt des agriculteurs, car il produit des revenus importants par rapports aux activités traditionnelles de l’agriculture, essentiellement en terre d’élevage. La méthanisation est encouragée par les pouvoirs publics qui subventionnent les projets, et c’est pourquoi ce secteur se développe. « Entre un prix du lait qui n’est pas garanti et un prix du gaz qui est stable, il n’y a pas photo » dit un agriculteur qui envisage  d’ailleurs d’arrêter la production de lait.

Le tableau est alléchant, mais  il soulève un certain nombre de problèmes .

Dans une étude datant de 2014 (https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/biogaz_depliant.pdf)  l’ADEME proposait des scénarios pour accroître la part d’énergie renouvelable en France. Un groupe de chercheurs s’est intéressé à cette analyse, et ,  d’après leurs calculs, si l’on veut atteindre les objectifs de production d’électricité par la méthanisation d’ici 2030,  il faudrait dédier 100% des terres agricoles de trois départements à la culture intermédiaire (culture temporaire de plantes à croissance rapide destinées à protéger les parcelles entre deux cultures de vente).  Cette perspective a d’ailleurs été confirmée par une autre étude plus récente de l’ADEME : https://presse.ademe.fr/2018/12/etude-quelle-trajectoire-devolution-du-mix-electrique-francais-dici-2060.html . Ainsi une part de plus en plus grande des terres agricoles seront utilisées pour la production d’énergie. C’est déjà le cas en Allemagne, par exemple.  Où va-t-on ?

Malgré des  atouts, nombreux, la méthanisation soulève d’autres  inquiétudes. En effet, les projets se multiplient partout en France et les oppositions fleurissent , souvent par crainte d’une hausse du nombre de camions en circulation et des odeurs. Mais pas seulement : se pose le problème des résidus de la méthanisation,  le digestat, utilisé comme engrais. Que contient-il exactement ? Est-ce réellement un bon engrais ? Des études montrent que le méthaniseur s’apparente à un nid de bactéries qui s‘y développent à foison, un cocktail ensuite épandu sur les champs. Des inquiétudes se posent sur les conséquences de cette mixture sur la vie des sols, la qualité de l’eau et donc, in fine, de l’eau que nous buvons.

Nous attendons la suite de cette enquête pour en savoir plus.

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par quemignyclemencey
Charger d'autres écrits dans Unité de méthanisation

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Débaptiser une commune : la mort d’un village. Un effet qu’ils n’ont pas mesuré

Une dame de Clémencey a fait graver et installer cette plaque funéraire sur le caveau fami…